Résidence électronique et sociétés en ligne pour les nomades numériques en Andorre

Résidence électronique et sociétés en ligne pour les nomades numériques en Andorre

Le gouvernement andorran a suscité beaucoup d’intérêt chez les nomades numériques de toute l’Europe, celui-ci ayant envisagé la mise en place d’une résidence en ligne en Andorre afin de permettre la création d’une société sans avoir besoin d’une résidence physique. Le ministre de l’Intérieur et de la Justice, M. Josep Maria Rossell, s’est engagé à étudier la viabilité d’un tel système selon le modèle de résidence électronique en Estonie. Le petit pays balte a obtenu beaucoup de succès avec son programme de résidence électronique destiné à créer des entreprises pour le commerce en ligne. Les nomades numériques qui utilisent ce système n’ont pas besoin de résidence physique dans le pays. Une simple inscription et une configuration à moindre coût ont rendu cette option très populaire.

Cependant, Andorre n’est certainement pas le meilleur exemple à citer pour créer une société rapidement, étant donné les nombreuses formalités administratives à remplir par le gouvernement et les contrôles de conformité restrictifs des banques locales. Le processus de création d’une entreprise en Andorre reste complexe et prend beaucoup de temps. Cela est dû au dépistage des risques potentiels de blanchiment d’argent et des exigences de substance dans le pays. Cela semble contradictoire, après tous les efforts déployés pour inciter les entreprises bien implantées dans le pays à opter pour une opération 100% offshore.

Les résidences en ligne reflètent certainement la tendance des entrepreneurs et des nomades numériques se déplaçant dans le monde entier sans résidence permanente dans aucun pays. Cependant, il reste à voir comment cela peut être harmonisé avec la conformité des banques locales et les normes de substance requises par l’OCDE pour l’adresse enregistrée de la société.

Andorra Solution estime que des processus simplifiés pour la création d’entreprises et un modèle de société électronique seraient bénéfiques pour Andorre en tant que pôle économique potentiel pour les entreprises numériques. Toutefois, les mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux et le suivi des obligations fiscales des propriétaires véritables de ces sociétés sont fondamentales. Andorre veut éviter une presse négative en ce sens. S’assurer que les propriétaires effectifs de sociétés électroniques potentielles paient leurs impôts dans leur pays de résidence fiscale n’est pas une tâche facile lorsqu’il s’agit de personnes qui se déplacent constamment. La notion de nomade numérique reste une question complexe dans la mesure où les dividendes distribués par une société andorrane sont finalement soumis à une imposition sur le lieu de résidence. Ne pas avoir de résidence fiscale et donc ne déclarer aucun impôt sur le revenu peut attirer l’attention négative sur Andorre qu’elle souhaite éviter. Les pouvoirs publics et les banques doivent présenter des règles du jeu claires afin d’éviter tout risque de faire d’Andorre un paradis pour la fraude fiscale grâce à une nouvelle faille de la résidence électronique.